Ramena
 
 

Richesse biologique, dont l'endémicité est exceptionnelle aussi bien en flore qu’en faune, terrestre et marine, fait la réputation de la partie nord de Madagascar. Cette richesse biologique constitue des potentialités importantes pour le développement économique et social de cette Région boréale de l'île.

Le complexe Ramena est une délimitation géographique comprenant trois sites présentant des situations socio-économiques similaires : la Montagne des Français, l’Orangéa et la baie d’Ambodivahibe.


Trois sites singuliers

  • La Montagne des Français, d’une superficie de 6.092 Ha, est constitué principalement de massifs calcaires et de forêt dense sèche semi-caducifoliée. Site à très forte potentialité biologique, elle abrite des espèces à forte valeur économique, sociale et culturelle.

  • L’Orangéa, écosystème de 1.642 Ha, est constitué principalement de  forêt sèche caducifoliée sur un substrat sableux et des roches calcaires. Site spécifique abritant une richesse exceptionnelle en biodiversité, il se caractérise par la présence d’espèces endémiques locales et sert d’habitat de plusieurs espèces menacées appartenant à la liste rouge de l’IUCN.

  • La baie d’Ambodivahibe comprend deux types d’écosystèmes naturels : écosystème terrestre formé principalement de forêt littorale et écosystème marin côtier comprenant les mangroves, la baie d’Ambodivahibe et ses récifs coralliens, les lagunes, les plages sablonneuses et les affleurements rocheux.


Nouvelles aires protégées pour la biodiversité et la population 

Afin de préserver les beautés naturelles de ces sites et les services des écosystèmes qu’ils fournissent pour le bien-être humain, soient la sécurité en eau, les valeurs culturelles faisant la renommée et l’attrait touristique de ces sites, la principale approche stratégique de conservation est celle de mise en place des Nouvelles Aires Protégées dans le cadre de la politique de l’extension des Aires Protégées à Madagascar.

Le développement de partenariat avec toutes les différentes catégories des parties prenantes (secteur privé, secteur public, société civile) et la conservation basée sur des bases scientifiques restent les principaux maillons de cette stratégie.

La création de nouvelles opportunités économiques à travers le développement des activités génératrices de revenus, l’écotourisme communautaire, l’adoption des nouvelles techniques agricoles respectant les valeurs environnementales constitue des mesures d’accompagnements économiques pour l’amélioration du niveau de vie des communautés.


Des activités de recherches aux activités génératrices de revenus

Différentes activités ont été menées dans le cadre de la mise en œuvre du processus de création de ces Nouvelles Aires Protégées. Des résultats ont été enregistrés. 

Dans l’optique d’asseoir une dimension scientifique dans les actions de conservation à entreprendre, un « Rapid Assessment Program » ou RAP pour un inventaire et évaluation biologique des espèces et de leurs habitats a été entrepris au niveau des trois sites durant l’année 2006.

Une forte collaboration a été développée avec les partenaires locaux tels que SAGE (Service d’ Appui à la Gestion de l’ environnement) et MBG (Missouri Botanical Garden) en 2008 pour la mise en place des trois Nouvelles Aires Protégées dans le complexe Ramena. Comme résultat intermédiaire de ce partenariat, la Montagne des Français a obtenu le statut de protection temporaire en Septembre 2006, ceux d’Orangéa et de la Baie d’Ambodivahibe furent obtenus en décembre 2010.

Des campagnes de communication de proximité furent menées par l’association des animateurs locaux (Fikambanana Miaro ny Complexe ramena ou FMCR) et l’association des journalistes (Association des Medias ou AMA) en 2009 et 2010.

Pour mesure d’accompagnement économique, CI a doté en 2010 des matériels de pêche (Filet respectant les normes requises, ligne de pêche, au profit d’une association des pêcheurs à Ivovona, village des pêcheurs à la périphérie de la Baie d’Ambodivahibe . Ces pêcheurs utilisent les ressources marines de cette baie .

De même, en 2010, pour réduire les pressions envers les écosystèmes et la biodiversité, CI a octroyé une subvention à des communautés du village d’Andavakoera pour le développement de l’élevage de poulet gasy comme activité génératrice de revenu. Ce village se trouve à la périphérie de la Montagne des Français .

L’aménagement d’un micro barrage hydro-agricole irriguant des rizières d’environ 1.200 ha dans la partie ouest de la Montagne des Français a été étudié en 2010.

Au mois de Novembre 2010, une réserve marine a été créée à Ivovona, à l’intérieur d’une zone de pêche règlementée de la future Aire marine Protégée.  Cette approche Réserve marine a été étendue sur d’autres zones de pêche règlementée de l’Aire Marine Protégée, soit à Ambavarano et Ampondrahazo au mois de Décembre 2011. Les pêcheurs d’Ivovona furent dotés d’une vedette en bois motorisée pour des activités de contrôle et de surveillance de la Reserve au mois de Décembre 2011.


Biodiversité de la Montagne des Francais et d'Orangea

  • Flore : 242 espèces provenant de 58 familles dont beaucoup sont endémiques : Andansonia suarezensis, Pachypodium, Aphyllie, Aloes suarezensis, …
  • Faune : 56 espèces d’oiseaux, 5 espèces de lémuriens, 8 espèces de chauve-souris, 1 espèce de carnivore


Biodiversité dans la baie d’Ambodivahibe

  • Flore : Tlinelle boiviana, Operculicaria borealis, Rhopalocarpus suarezensis, Dalgabergia, Hildegardia, Rhizophora, Bruguiera, …
  • Faune marine : Cheilinus undulatus, Epinepheulus lanceolatus, Chelonia mydas, Eretmochelys imbricata
  • Faune terrestre : Tenrec ecaudatus, Hipposideros commersoni, Roussetus madagascariensis, Microcebus tavaratra, Eulemur coranatus, Cryptoprocta ferox, …