Les Nations Unies ne doivent pas manquer à leurs obligations vis à vis de l’arrêt du déboisement dans la lutte contre le changement climatique.

9/20/2009

Harrison Ford se joint au Président Jagdeo du Guyana au cours d’une exposition extraordinaire d’origami à New York afin d’exhorter les Nations Unies à apporter leur soutien à la protection des forêts tropicales dans le cadre de la lutte contre le changeme

New York, le 21 septembre 2009 – L’un des Présidents les plus progressistes au monde en matière d’environnement, Bharrat Jagdeo, a été rejoint aujourd’hui par l’une des plus grandes vedettes du cinéma, Harrison Ford, pour exhorter les leaders du monde réunis à l’Assemblée générale des Nations Unies à allouer un financement aux pays en développement qui permettra à ceux-ci de préserver les forêts tropicales de la planète.

En présentant comme toile de fond une remarquable exposition d’arbres et de flore grandeur nature réalisés en origami – symbolisant la gigantesque et importante forêt du Guyana –, le Président Jagdeo a déclaré : « Durant l’année qui s’est écoulée depuis ma dernière venue à New York pour appeler à la préservation des forêts, le monde a perdu une surface boisée dont la taille recouvre la totalité de mon pays. Ce déboisement a eu pour conséquence non seulement de dégager plus de CO2 dans l’atmosphère que chaque véhicule motorisé de la planète – soit environ 20 % des émissions* dans le monde – mais aussi de réduire l’aptitude de la terre à éliminer le CO2 de l’atmosphère.

La cause n’en est pas la malveillance ou l’ignorance, mais le fait que la plupart des pays boisés du monde n’ont pas d’autre alternative que de déboiser leurs forêts pour générer des revenus. Le Guyana a offert une solution, à savoir son plan de développement à faible intensité de carbone, et les chefs d’État qui se réuniront cette semaine à l’ONU auront une occasion sans précédent d’inciter la planète à prendre une nouvelle voie, où la protection des forêts est une stratégie plus prudente sur le plan économique que leur déboisement. »

Il est crucial de fournir immédiatement un financement adéquat aux pays qui élaborent des stratégies de préservation des forêts dans le cadre de leur plan de développement à faible intensité de carbone. Préserver ces forêts est l’un des moyens les plus faciles et les plus rentables de lutter contre le changement climatique à l’heure actuelle, alors qu’il faut sans doute des années pour élaborer nombre d’autres stratégies. Si nous attendons, ces forêts disparaîtront, et avec elles les nombreux bienfaits qu’elles procurent à l’humanité en termes d’atténuation du changement climatique, d’eau fraîche, de lutte contre l'érosion, de denrées alimentaires et de ressources.

Harrison Ford a déclaré : « Grâce au discernement dont il fait preuve en reconnaissant que servir les besoins de la planète pourrait également aider la population du Guyana, le Président Jagdeo contribue à changer notre mode de pensée vis à vis du développement économique et du changement climatique.

Les leaders qui assistent à l’Assemblée générale des Nations Unies doivent suivre l’exemple du Guyana et apporter leur soutien à un plan de financement qui permettra de préserver les forêts de la planète au cours des discussions sur le changement climatique prévues en décembre prochain à Copenhague. »

Le Président a donné son allocution après le lancement de Team Earth, une collaboration intersectorielle rassemblant des entreprises, des chefs d’État, des scientifiques, des organisations à but non lucratif, des éducateurs, des particuliers et des enfants. Au cours du lancement de Team Earth, des chefs d’entreprises, notamment Howard Schultz de Starbucks et Fisk Johnson de SC Johnson and Co, se sont engagés à la préservation des forêts.

*CI réévalue régulièrement ses hypothèses et conclusions afin de s'assurer qu'elles soient compatible avec les sources de données les plus récentes et les plus fiables,  dans le but de fournir des informations exactes et à jour.  En conséquence, en Décembre 2009, nous avons actualisé nos estimations relatives aux émissions mondiales de gaz à effet de serre afin de refléter les données scientifiques les plus actuelles. Nous estimons désormais que 16% des émissions de gaz à effet de serre résulte de la déforestation et de l'exploitation forestière.

Voir notre fiche d’information sur la déforestation, l’exploitation forestière et les émissions de GES (PDF - 2.7KB) pour plus de détails et sources de données (en Anglais).

Request an Interview

,

,

Related Content